Project Description

Le départ ou la recherche de la présence

S’ex-patrier… Quelle étrange aventure se fait-on vivre en décidant, approuvant ou consentant, dans tous les cas en se risquant à l’expérience de l’expatriation ?

S’éloigner physiquement de sa patrie, ses proches, sa terre, ses racines, tous les êtres et éléments qui constituent des repères majeurs, répond de motifs propres à chacun. La démarche de l’expatriation est plurielle. Il y aurait en effet tout autant de façons de s’établir à l’étranger qu’il existe d’expatriés. Néanmoins, toutes en passeraient par la réalisation d’un travail psychique que je propose d’articuler ici en quelques lignes autour de la notion de présence.

L’expatriation, par les changements qu’elle impose, ainsi que les remaniements qui s’ensuivent, confronte le sujet à cette question de la présence : présence à soi, au monde et à l’autre.

L’homme est en effet un être de relation. Cette multitude de rencontres prend des formes et des sens bien différents selon les moments et les circonstances de la vie, selon la nature des conflits internes qui nous animent, notre manière de les régler, etc. Il est un fait que nous n’accueillons pas toujours les événements avec la même disponibilité et la même ouverture.

Disponibilité, ouverture à l’expérience sont les caractéristiques de la présence telle que l’a décrite L. Binswanger, fondateur de la daseinanalyse. En langue allemande, le Dasein désigne l’individu et met l’accent sur son existence. La « présence » ou l’« être-là » marquent la fidélité des traductions françaises.

Comment penser l’expatriation ?

Quelles idées ces mots recouvrent-ils et comment peuvent-ils nous aider à penser l’expatriation ?

Etymologiquement, « prae-sens » signifie être « à l’avant de soi ». La présence indique donc la précession, c’est-à -dire la capacité à intégrer la nouveauté et à créer les conditions d’inscription dans sa propre histoire.

L’enjeu de l’existence est clairement identifié comme la possibilité de participer pleinement de cette existence, des événements qui la jalonnent, d’en être l’acteur principal finalement et non un simple figurant. Il semble en effet bien difficile de s’y retrouver en demeurant, comme le souligne l’expression communément répandue, « à côté de la plaque »…

On pourrait penser que lorsque l’expatriation s’enracine profondément dans nos désirs, de manière consciente ou bien à notre insu, elle favorise l’accès au sentiment d’une plus grande présence.

Or il en va parfois bien différemment et ce, en raison des remaniements importants induits par le champ de l’altérité. Expliquons-nous :

Déjà au stade de projet, l’expatriation mobilise le sujet vers l’autre : Entendons dans un premier temps l’autre lieu, l’autre temps, l’autre individu, l’autre circonstance etc.

Vivre ici et maintenant, tout en désirant l’ailleurs et les possibilités offertes par un autre moment, constitue une problématique bien connue des futurs expatriés. Ceux-ci réalisent souvent combien il est aisé de perdre le plein contact avec l’actuel et tout ce qui le constitue, dans les faits comme en potentialité. Une partie de soi s’évade déjà vers de nouvelles contrées tandis qu’une autre continue à subir les contraintes de la réalité. Ainsi s’affrontent deux temporalités, dont le compromis est parfois bien difficile à concevoir.

Par ailleurs, il est fréquent qu’une fois installées dans cet ailleurs tant convoité, les choses ne soient pas aussi simples et satisfaisantes que précédemment espérées et attendues.

Le travail de deuil

Par son départ, l’expatrié a consenti à un éloignement et une certaine renonciation. S’impose alors à chacun un véritable travail de deuil. Son paradoxe réside en ceci que ce qui a été perdu se fait pourtant à nous plus présent que jamais. Ainsi, l’objet brille par son absence.

Nul ne semble épargné par le risque de se laisser aller à cette forme de douleur morale appelée nostalgie. Celle-ci se ressent à des degrés très divers. Elle peut être ponctuelle le plus souvent, mais parfois bien plus profonde et plonger l’expatrié dans une souffrance majeure, réduisant les possibilités d’un réel établissement dans son nouveau contexte de vie.

Par ailleurs – nous ne nous étendrons pas ici sur la question, trop vaste – l’expatriation nous incite aussi à nous rapprocher de cet autre inconnu en nous. C’est pourquoi cette expérience, par la conflictualité qu’elle crée, introduit nécessairement une part de flottement identitaire, tout aussi bénéfique qu’inquiétante.

En résumé, l’expatriation semble donc jouer des déclinaisons de la « présence » et ébranler massivement le sujet dans ses assises, par la confrontation aiguë avec l’autre, au sens large.

Accueillir l’étranger que l’on est soi-même allé chercher; découvrir celui qui, en nous, cherche à se manifester, non pas pour se perdre, mais au contraire pour mieux se retrouver. Tel serait peut-être l’enjeu du travail psychique qui s’impose à chaque expatrié.

PAR A-G BALAVOINE, PSYCHOLOGUE CLINICIENNE, PARIS-MONTRÉAL
Cet article est la propriété de son auteur, qui a autorisé www.cigap.org à l’héberger. A ce titre, il est protégé par le copyright du site www.cigap.org. Toute reproduction, partielle ou totale, de cet article, sans autorisation écrite de la main de son auteur, sera passible de poursuites judiciaires. Seules sont autorisées les citations brèves du texte, citant l’auteur, et la page d’hébergement de l’article sur www.cigap.org.

Derniers articles CIGAP.ORG

  VOUS POUVEZ AUSSI CONSULTER

CONTACTER CIGAP.ORG
PRENEZ RENDEZ-VOUS SUR VOTRE AGENDA

LES ARTICLES CIGAP.ORG

Cigap.org met à votre disposition des articles écrits par des psychologues et autres professionnels reconnus.

EN SAVOIR PLUS

DÉONTOLOGIE ET MENTIONS

Consultez les textes officiels d’information sur le site et des codes de déontologie de psychologie

EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE CIGAP.ORG

Un lexique pratique, de plus de 300 termes et abréviations, destiné à nos usagers.

EN SAVOIR PLUS

Nous contacter

Une équipe de psychologues cliniciens thérapeutes autour du monde – 24h/24 – 12 mois sur 12, à votre écoute.

CONTACTER CIGAP.ORG