Pour entrer sur le territoire français, l’étranger (hors Union européenne et pays membres de l’Espace économique européen : Norvège, Liechtenstein, Islande) doit généralement être muni de son passeport en cours de validité et d’un visa.
Il existe deux catégories principales de visas :

1. Le visa de court séjour, dont la validité est inférieure à trois mois.

– a. Le visa uniforme ou dit « visa Schengen » permet d’entrer sur le territoire national d’un ou plusieurs Etats membres de l’Espace Shengen indiqués sur le visa. Il n’est toutefois pas valable pour les DOM-TOM : il faut alors un visa portant la mention du territoire concerné.
– b. Le visa de transit permet à un étranger de traverser le territoire français pour se rendre dans un pays tiers. Il peut être délivré pour un ou plusieurs transits.
– c. Le visa aéroportuaire permet de traverser la zone internationale de transit d’un aéroport sans entrer sur le territoire français. La liste des ressortissants des pays soumis à ce visa varie.
– d. Le visa permettant l’établissement en France :  Le visa « étudiant-concours » et le visa portant mention «carte de séjour à solliciter dès l’arrivée en France », essentiellement pour la famille de ressortissants communautaires.

2. Le visa de long séjour est en principe exigé pour obtenir une carte de séjour temporaire ou une carte « compétences et talents », sauf quelques exceptions pour les étudiants et pour certaines catégories d’étrangers justifiant des attaches familiales en France.

Ces visas sont délivrés par les autorités consulaires. Il reste possible de contester la décision de refus de visa en saisissant la Commission de recours contre les refus de visa.

Nous contacter pour information
Lire aussi dans cigap.org les articles écrits par des professionnels du thème:
La crise : De quoi parle-t on ? (Psychologie)
L’expatriation : Gestion et accompagnement (Droit et psychologie)
Réfugié : notion et prospective (Droit)
Le bénévolat et ses représentations symboliques (Psychologie)