Pour le « que sais-je ? » sur « le sommeil et le rêve » (nº 24), et d’un point de vue phénomélogique, il s’agit d’un mécanisme réversible se répétant de façon régulière au cours d’un nycthémère (nycthémère: période de vingt-quatre heures qui comporte un jour et une nuit), qui se manifeste par une réduction importante de toutes les manifestations de la vie de relation, tandis que le cycle des manifestations végétatives de la vie ne présente d’alternance circadienne que réduite.
nEn fait, nous ajouterons qu’au cours de ses étapes, le stade appelé « paradoxal », se renouvelle environ à trois ou quatre reprises d’une vingtaine de minutes. Ce stade est caractérisé par une intense activité cérébrale, qui se montre à voir à travers le rêve, et par des réactions sexuelles incontrôlées comme des érections ou des lubrifications vaginales pouvant aller jusqu’à l’orgasme.
Le physiologiste a montré que le pouvoir « réparateur » du sommeil est intimement lié à l’évolution cyclique de ce mécanisme. Une seule nuit d’insomnie et vos performances mentales et d’attention sont déjà abaissées alors que vous êtes plus irritable sans que vous vous en rendiez compte.

Le psychanalyste, lui, s’intéresse au contenu des périodes « hallucinées  » c’est à dire aux rêves. Evidemment, depuis Freud, on sait qu’il n’y a pas de  » dictionnaire de rêves  » où il serait possible de trouver  » la clef de nos songes  » mais au contraire, que chacun de nous est seul à pouvoir analyser ses propres rêves avec l’aide d’un professionnel d’orientation analytique (théorie freudienne).
Un professionnel digne de ce nom ne donnera jamais sa lecture personnelle qui ne pourrait être que l’expression de sa propre vie psychique et non pas celle de son patient!
Dans le cadre des missions humanitaires, les volontaires sont amenés à avoir un cycle de sommeil particulièrement irrégulier et ceci avec des conditions de travail particulièrement difficiles (situation de couvre feu, décompression le soir entre collègues, alcoolisme, difficultés d’endormissement à cause de stress, de burn out ou encore de dangers physiques…etc)

Le manque de sommeil est un des facteurs facilitant chez le sujet sa manipulation psychologique, sa moindre capacité au stress, une réfléxion diminuée, par exemple.
(Voir formation CIGAP.org: « Partir en mission et revenir »)