Il s’agit d’un traitement consistant à exposer un patient déprimé à une lumière qui compense le manque de luminosité du soleil couvert. Les lampes utilisées n’ont rien à voir avec les lampes à bronzer.

En Hiver, en effet, la lumière naturelle ne produit que 1500 lux alors que le système nerveux central de l’être humain a besoin de 100 000 lux pour garder un fonctionnement équilibré et limiter les baisses d’énergie dans la vie de tous les jours.

Selon les dernières recherches scientifiques, le soin par luminothérapie est efficace à 70% grâce à l’apport d’une source de lumière naturelle régulière et suffisante.
En fait, certaines personnes sont beaucoup plus « sensibles » aux manques de lux que d’autres. L’apport de lux c’est à dire l’exposition controlée à cette lumière donne des résultats spectaculaires chez ces sujets.
Il est fortement déconseillé de s’exposer dans la soirée, car le regain d’énergie et l’envie d’action qui s’y rattache souvent, ne sont pas propice au sommeil.

D’une manière générale, ce soin est particulièrement recommandé lors :

d’une dépression dite saisonnière avérée ou associée (diagnostic à faire chez un psychologue clinicien pathologue spécialisé ou psychiatre)
d’un retour d’expatriation ou mission dans un pays tropical ou lumineux,
d’un grand nombre d’heures passées dans un bureau ou une habitation, peu éclairé ou éclairé majoritairement, par une lumière artificielle,
pour une personne sensible aux changements de saisons.
Certains psychologues cliniciens du réseau CIGAP.ORG utilisent aussi cette méthode complémentaire et notamment gratuitement au retour des expatriés. Nous consulter.