Cette expression fait référence à l’influence des médias sur la réaction de la communauté nationale ou internationale (et politique par extension) en cas de conflit, crise, attentat, ou catastrophe humanitaire.
Ces réactions sont souvent spontanées, émotionnelles.
Elles sont soit de courte durée, soit ce sont de vraies prises de conscience qui produisent des changements à long terme dans l’opinion publique.